Sans Visage

Dans ce miroir si redoutable
Sans une pensée, ni un état
Tu t’observes sans te regarder
Rêvant d’un monde ou tu existes

Et tes cheveux noirs qui dessinent
La silhouette de ce visage
Décidément tu es si belle
Et tes larmes savent que tu y crois

Quelque part dans ce manoir
Tes rêves meurent, tes jours saignent
Tu te rappelles ces moments
Qui n’existent que dans l’abyme

Il se demande ou tu es
Ou tu étais, ou tu seras
Mais tu te caches dans la honte
Espérant bientôt disparaitre

Sans visage, sans visage
Tes yeux sont sans visage
Sans visage, sans visage
Tes yeux sont sans visage

Et tu crois même que les blessures
Se cicatrisent jusqu’à ton cœur
Une autre nuit dans ces couloirs
Tu y habites, y décomposes

Pourquoi vivre dans cet état?
Tu te méprises, voudrait mourir
Ces émotions te paralysent
Et ta conscience se putréfie

Prisonnière de ton reflet
De ton regard qui t’effraie
Tu ne sais plus, ne comprends plus
Comme un fantôme sans visage

Sans visage, sans visage
Tes yeux sont sans visage
Sans visage, sans visage
Tes yeux sont sans visage